FASHION ON SCREEN: La Boum! (1980)

11/04/2018

On dit que l’inspiration est partout, et rien ne pourrait être plus vrai. Des tenues qui défilent sur les catwalks, aux looks qu’on retrouve dans la rue, tout n’est qu’un énorme brassage d’époques et de cultures observées, décomposées, réinventées. La mode est aussi bien souvent le reflet d’une société, à un moment donné et un endroit précis, comme le prouvent beaucoup de courants et sous-cultures. Il y a un domaine phare dans lequel on peut retrouver tous ces différents univers: le cinéma. Nombreux sont les films et séries qui sont à l’origine de tendances et effets de mode, et ils restent encore aujourd’hui une source inépuisable d’inspiration.

 

On se retrouve aujourd'hui pour un nouvel article de la rubrique FASHION ON SCREEN, qui (re)visionne, analyse et décrypte pour vous l’esthétique de films, d’hier et d’aujourd’hui, et livre une sélection lifestyle de pièces phares à adopter pour se plonger dans leur monde.

 

 

Comme analysé dans le dernier article de FASHION ON SCREEN sur Desperatly Seeking Susan, les années 80 ont le vent en poupe! C'est sûrement dû à cette vague de nostalgie, assez tendance en ce moment. Après avoir surfé sur les 90's, même les modes assez étranges du début des années 2000 reviennent, alors que c'était une mode que tout le monde pensait has been et condamnée à notre placard de pré-ado!  Mais aujourd'hui, on va plutôt s'attarder sur les années 80 (fleurtant aussi avec la fin des années 70), avec un film culte: La Boum!

 

NOM: La Boum.

DATE: 17 décembre 1980. Réalisé par Claude Pinoteau.

 

Quand ce film est sorti, ma maman avait 13 ans. Comme beaucoup de jeunes ados de l'époque, c'est au cinéma qu'elle fit la connaissance de Vic Béretton, jeune fille de 13 ans qui déménage à Paris, interprétée par Sophie Marceau. Étant pile dans cette période là de sa vie, ma maman a adoré le film. Quand je l'ai vu à mon tour pour la première fois, j'avais 13 ans. (Expliqué comme ça, ça fait vachement rituel de passage, mais ce n'était qu'un hasard, en fait.) Et à ce moment là évidemment, Vic, c'était moi. C'était nous, parce qu'on a tous eu 13 ans un jour, et que tout le monde peut s'identifier à ces jeunes ados, qui commencent à se draguouiller, à vouloir sortir, tout en restant encore assez innocents. (Ma maman m'a avoué plus tard que ça lui a fait bizarre de revisionner le film, mais en ayant cette fois le point de vue d'une adulte, en s'identifiant plus aux parents qu'aux enfants!) Tous les ingrédients qui composent La Boum font que c'est, d'après moi, le bon feel good movie nostalgie par excellence: plein de légèreté, drôle, spontané, amusant, mignon et frais. Et où peuvent s'y retrouver autant des ados qui passent de la joie inouïe, au dramatique sentiment de fin du monde le temps d'une interdiction d'aller à une boum, que leurs parents.

Bon, on chope sa VHS et prêts pour le rembobinage? ( La soundtrack à jouer en fond pour retrouver ses 13 ans, c'est par ici!)

 

 

 

Ce qui m'a impressionnée en revoyant le film et en préparant cet article, c'est à quel point son esthétique est canon, et à quel point je l'adorais encore plus, même 10 ans après. Simple, mais avec ce feeling vintage qu'on adore, et c'est fou comme toutes les tenues pourraient être tout à fait actuelles! Que ce soit la veste en denim de Vic qu'elle ne quitte presque jamais, ses pulls comfy et simples accompagnés en général d'une chemise, ou d'un bonnet blanc en tricot en hiver, son kway pour faire de la mob (sans casque!) ou son t-shirt Snoopy en mode pyjama, toutes ces pièces ont toujours un gros potentiel de coolitude et sont pour la plupart des basiques intemporels.

 

 

Et puis, il y a aussi les samedis soirs. Et le samedi soir, c'est bien connu, c'est les boums! Même si au final, Vic y va à chaque fois vêtue d'une simple chemise ample ou d'un t-shirt coloré, les essayages qu'elle fait avec sa maman avant sa première boum sont assez mythiques! On y retrouve là le côté plus coloré, exubérant et kitsch des 80's. Qui d'entre vous oserait tenter la combi rose, avec un petit boa bleu en (fausse) fourrure et des socquettes blanches aux pieds? Ou est-ce qu'on craquerait plutôt pour un look digne d'une soirée patins à roulettes à la Main Jaune: perfecto en cuir brillant, le mini short assorti et des santiags roses? Ou alors on reste plutôt simple avec une robe nuisette rouge, un foulard mauve et deux charmantes petites couettes distinguées? Des looks loin d'être passe-partout, je le reconnais, mais n'est-ce pas là tout le kiff de se préparer pour une soirée? ;)

 

 

 Un personnage que j'adore aussi, c'est Françoise Béretton, la mère de Vic. Artiste, drôle, jolie, déterminée et badass, comment ne pas admirer le rôle interprété par Brigitte Fossey? (Bon, et puis cette chevelure de RÊVE, on en parle?!) Ici, on est plus sur un style qui rappelle les 70's, avec ce pantalon taille haute rouge carmin en velours côtelé, les chemises à carreaux en flanelle, la salopette pattes d'eph en denim, la veste en suede et les lunettes de vue genre aviateur quand elle est en plein session de dessin. Le détail que j'adore? Le foulard coquelicot en soie noué dans les cheveux, ou autour du cou. Chaque pièce pourrait être portée aujourd'hui sans que ça ne fasse ringard pour un sou! Voilà qui confirme encore le phénomène de renouvellement éternel de la mode.

 

C'est tout pour aujourd'hui! A bientôt pour un nouvel article, j'espère que ce petit flashback dans l'univers résolument vintage et stylé de La Boum vous aura plu.

 

Don't forget to have FUN,

 

Anaïs.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload