FASHION ON SCREEN: Desperately Seeking Susan (1985)


On dit que l’inspiration est partout, et rien ne pourrait être plus vrai. Des tenues qui défilent sur les catwalks, aux looks qu’on retrouve dans la rue, tout n’est qu’un énorme brassage d’époques et de cultures observées, décomposées, réinventées. La mode est aussi bien souvent le reflet d’une société, à un moment donné et un endroit précis, comme le prouvent beaucoup de courants et sous-cultures. Il y a un domaine phare dans lequel on peut retrouver tous ces différents univers: le cinéma. Nombreux sont les films et séries qui sont à l’origine de tendances et effets de mode, et ils restent encore aujourd’hui une source inépuisable d’inspiration.

Pour ce premier article, inaugurons la rubrique FASHION ON SCREEN, qui (re)visionne, analyse et décrypte pour vous l’esthétique de films, d’hier et d’aujourd’hui, et livre une sélection lifestyle de pièces phares à adopter pour se plonger dans leur monde.

Vous l'aurez sûrement remarqué, les années 80 font leur grand retour! Sur le petit écran, on les mange à toutes les sauces: on retrouve cette mythique esthétique voyante et flashy à coups de paillettes et fards à paupières criards dans G.L.O.W, tandis que Stranger Things a charmé la terre entière avec son univers magnifiquement sombre et mystérieux, mais à la fois léger qui titille la nostalgie du geek kid qui sommeille en nous! Aujourd’hui, c’est parti pour le visionnage d’un film culte de cette époque, dans lequel se côtoient deux looks complètement opposés de la mode made in 80’s, incarnées par deux femmes: Roberta (Rosanna Arquette) et Susan (Madonna). Aller, on rembobine la VHS, play et c’est parti! (Pour une immersion réussie, vous pouvez lancer la playlist suivante en fond!)

NOM : Desperately Seeking Susan (Recherche Susan Désespérément en VF) DATE : 1985. Réalisé par Susan Seidelman, costumes de Santo Loquasto.

« Recherche Susan désespérément » raconte l’histoire de Roberta, une jeune bourgeoise un peu coincée du New Jersey, qui s'ennuie ferme dans sa luxueuse maison de banlieue. Sa distraction préférée? Suivre dans les petites annonces les aventures d’un couple fougueux qui se retrouve grâce à un titre codé: « Recherche Susan désespérément ». Un jour, sa fascination atteint un pic et elle décide d'enquêter sur cette fameuse Susan, en se rendant à Battery Park pour observer un rendez-vous entre la mystérieuse femme et son amant qui la cherche régulièrement. Une série d’évènements impliquant une erreur d’identité, une amnésie et d’autres concours de circonstances, vont faire que Roberta passe de la sage voyeuse un peu trop curieuse, à la participante surprise d’une histoire qui la dépasse, et ce, dans la peau de Susan. Si la discrète femme était en quête de sensations, elle allait en avoir!

Au début du film, malgré ses tenues très kitsch de femme bourgeoise bien enfermée dans son rôle d'épouse parfaite/papier-peint, on retient certains éléments sympas pour une allure élégante teintée de cette nostalgie 80's: premièrement, du rose! Des tons doux et chauds de rose, un ensemble de pyjama satiné, des lunettes à effet ombré et un rouge à lèvres matte. On peut aussi opter pour une blouse à volants (suis-je la seule à avoir un faible pour les cols pierrot?) et des boucles d'oreilles ornées de jolies perles pour un parfait petit look bourgeois!

(Patch rose & scrunchie)

A l'opposé total de Roberta, on découvre Susan. Femme de caractère, bien dans ses bottes (recouvertes de strass, obviously) et bien dans sa peau! C'est la femme sexy par son attitude je-m'en-foutiste par excellence. Elle vit au jour le jour, papillonne là où le vent la mène et elle s'en bat les steaks de ce qu'on peut bien penser d'elle. C'est sa personnalité téméraire (et des sublimes boucles d'oreilles pharaon) qui l'embarquera (et Roberta aussi, dans la confusion) dans une petite affaire criminelle pas très safe.

La première fois que j'ai vu ce film, j'ai eu un coup de cœur instantané pour sa valise. C'est pas vraiment le côté grunge et rock'n'roll qui m'a tapé dans l’œil, mais plutôt tout le petit univers qu'on y découvre à l'intérieur. Des objets en pagaille, ramenés de plusieurs endroits au gré de ses voyages et rangés entre deux vêtements. La doublure rose, les badges et stickers, les petites poches élastiques, j'adore! C'est d'ailleurs ce qui me plaît tellement dans les films, cette esthétique soignée, le fait de créer tout un univers en collectant et associant des objets et vêtements. J'aime beaucoup le côté un peu "cracra" de tout ce qu'on y voit, ça sent le vintage à plein nez et les histoires vécues !

La période que Susan passe dans la maison de Roberta pour aider son mari à la retrouver, nous offre son lot d'images stylées. Tout en profitant de tout le confort moderne en matière de piscine, jardin de banlieue et baignoire à bulles, elle squatte et fouille sans scrupules la chambre kitschissime (et tellement ROSE) de Roberta. Le tout, uniquement vêtue d'un boxer d'homme, de chaussettes longues en dentelle et d'un soutien-gorge transparent noir. Plutôt détendue du bulbe, quoi. Qui prendrait bien sa place pour lire des magazines sur un transat' fuchsia en écoutant une radio rose bonbon, et dégustant du vin avec des Cheetos?

A bientôt pour un nouvel article, en espérant que celui-ci vous ai plu et vous inspire!

Don't forget to have FUN,

Anaïs.